Troubles du rythme cardiaque

Le médicaments psychotropes peuvent provoquer des troubles du rythme cardiaque, c’est-à-dire des battements cardiaques désordonnés.

Ces troubles peuvent concerner les ventricules et être, alors, particulièrement grave, voire mortels.

La torsade de pointe, un type particulier de tachycardie ventriculaire, est favorisée par l’allongement du temps de conduction entre les oreillettes et les ventricules (« intervalle QT »). Cet intervalle peut être allongé génétiquement. Il convient de le contrôler par un ECG (Électro-Cardio-Gramme).

La plupart des neuroleptiques  sont susceptibles d’allonger ce temps de conduction. Il faut éviter de les associer à d’autres médicaments qui ont le même effet indésirable (notamment des antidépresseurs comme le Séropram (Citalopram), le Séroplex (Escitalopram), le Prozac (Fluoxétine) ; des anti-histaminiques comme l’Atarax (Hydroxyzine), des médicaments cardio-vasculaires, des antibiotiques, des anti-androgènes,…). Des laxatifs stimulants peuvent aussi allonger l’intervalle QT.

La torsade de pointe est également favorisée par un taux de potassium sanguin bas ou un médicament abaissant le taux sanguin de potassium (certains diurétiques, les corticoïdes, les laxatifs, la Ventoline (Salbutamol),…) , la bradycardie (cœur qui bat lentement) ou un médicament ralentissant le rythme cardiaque (béta-bloquant, anti-arythmiques,…).